L'humidité

Elle doit si situer aux alentours des 50-60%. L'eau est nécessaire au développement des micro-organismes. Elle sera apportée principalement par les composés azotés (et l'arrosage).

Un manque d'eau va ralentir la décomposition mais un surplus va également ralentir le compostage et peut provoquer un processus anaérobique qui favorisera les mauvaises odeurs.

Il faut là aussi faire attention à mélanger des matériaux humides et secs.

L'élévation de la température dans un tas va provoquer un phénomène d'évaporation, il faudra y faire attention et rectifier si nécessaire par un arrosage.

Le test de la poignée

Vérification de l'humidité sur un compost en formation.

Prenez une poignée de compost dans la main et pressez-la.

  • Si quelques gouttes perlent entre les doigts et que le matériau ne se disperse pas quand vous ouvrez la main, le compost à une bonne humidité.
  • Si un fin filet d'eau s'en échappe, il est trop mouillé.
  • Si rien ne coule et que le paquet se défait, il est trop sec.
Le test de la tige métalique

Vérification de l'humidité sur un compost jeune. Après 2 ou 3 jours, enfoncer une tige ou un tuyau en métal dans le compost (jusqu'au cÅ“ur si possible). Après 10-15 minutes retirez l'objet:

  • S'il est chaud et humide, le compostage se passe bien et a une bonne humidité.
  • S'il est froid et humide, il est probablement trop mouillé.
  • S'il est chaud et sec, il n'y a probablement pas assez d'eau.

 
Copyright -2018- Eddy Mercier